Le site a déménagé ! cliquez sur le lien suivant:

https://www.passion-patrimoine.fr/

Bergheim (Haut-Rhin)

Retour en haut

Bergheim est la seule préceptorie d’Alsace qui a conservé des bâtiments. Dès le Moyen Age, les moines ont développé cette exploitation vinicole dont les terres étaient prédisposées à produire de bons vins.

Propriété privée - Ne se visite pas

Bergheim : maison du Tempelhof

Bergheim : la grande salle du Tempelhof (1858) - Croquis de Rothmüller

Origine & Situation

  • Un registre du chapitre Saint-Léonard de Bâle du XVIe siècle rappelle qu’en 1220, fr. Dietrich de Bergheim, dispensator des hierosolimitanischen tempels, lui vend des biens situés à Bâle et dans le village de Magstatt. Mais le terme employé pour désigner la fonction de ce frère « administrateur » est trop vague pour affirmer que la maison du Temple de Bergheim est déjà fondée.

Bergheim : entrée de la commanderie

  • 1257 : La commanderie de Bergheim est signalée lorsque le pape Alexandre IV, depuis sa résidence de Viterbe, accorde une indulgence de 40 jours à tous ceux qui visiteraient l’église des Templiers à la fête de l’Assomption de la Vierge, à laquelle le maître-autel est dédié, ainsi qu’à l’anniversaire de sa dédicace.
  • NDLR : La première occurrence du nom « Tempel-Hof » (la cour du Temple) n’apparaît qu’en 1328.

Bergheim : vue générale

Histoire du Tempelhof

  • 1312 : Un « brüder Friderich der Tempeller » est cité parmi les témoins d’une vente faite par des bourgeois de Ribeauvillé dans la même localité.

Bergheim : colonne sculptée

  • 1312 : Lors de la dissolution de l’ordre du Temple, la commanderie de Bergheim est rattachée à celle des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem de Sélestat.
  • 1388 : La commanderie est rattachée à celle de Strasbourg.
  • 1525 : Les bâtiments sont dévastés lors de la guerre des Paysans.
  • 1557 : Début de la reconstruction qui s’est poursuivie en 1558 et 1559 ; des dates sont gravées sur un pilier de la cave, sur une console au rez-de-chaussée, sur les linteaux des portes d’entrée, etc. Des écus armoriés témoignent également de cette période de rénovation.
  • 1560 : Consécration du chœur de la chapelle par l’évêque suffragant de Strasbourg, Jean Delphius.
  • 1789 : A la Révolution, la commanderie passe dans le domaine privé.
  • Après 1862, d’importants travaux de remaniements sont exécutés ; la salle Renaissance décrite par Rothmuller est partiellement démantelée.
  • 1960 : Une fenêtre à six formes et sa colonnette intérieure sont déplacées dans une maison de Bergheim ; un linteau aux armes de la commanderie et portant la date 1558 a été remployé dans un bâtiment à Guémar.

Bergheim : rue des Vignerons

  • Des bâtiments d’exploitation sont élevés au XXe siècle.
  • 2000 : Inscription comme Monument Historique

Bergheim : maison du Tempelhof

La commanderie du Tempelhof

  • Le logis consiste en un grand bâtiment comprenant une cave en sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré, couvert d’un toit à longs pans, à deux demi-croupes.

Bergheim : porte d'accès à la cave

  • Le sous-sol est accessible par une porte en plein cintre moulurée sur le mur-pignon Sud ; l’accès par le mur-pignon Nord a été muré.
  • La cave plafonnée est divisée en deux parties séparées par un mur percé d’une porte en arc brisé. Un des piliers en grès portant la poutre principale est daté 1559.

Bergheim : cave privée

  • Sur le mur-gouttereau Est, une porte d’entrée rectangulaire est surmontée d’une fenêtre.
  • Une dalle remployée dans le mur porte la date 1563 et une croix de l’Ordre.
  • Dans l’entrée Nord, une console en grès est sculptée de deux anges sur les faces latérales et d’un écu armorié sur la face antérieure.

Bergheim : fenêtre

L’église du Tempelhof

  • La chapelle, dédiée à la Vierge, est détruite au cours du XIXe siècle.
  • Le maître-autel était décoré d’un retable polyptyque (voir chapitre suivant) et d’une prédelle [1]. Ces ensembles sont conservés au Musée d’Unterlinden de Colmar.

Bergheim : armoiries et inscription

Le retable de Bergheim (1515-1517) et sa prédelle

  • La prédelle, le socle, était constituée de trois panneaux du XVe siècle.
  • Long de plus de deux mètres, ce tableau était sans doute en face avant du socle.

Bergheim : panneau avant de la prédelle

  • Longs d’environ un mètre, deux autres tableaux formaient le socle du maître-autel. Ils sont en forme de frise, ornés d’une suite de sujets tirés de la vie du Christ et placés sous des arcades trilobées et fleuronnées.

Bergheim : premier panneau de la prédelle

  • Le retable de Bergheim est une œuvre attribuée à Veit Wagner (sculpteur) qui s’est inspiré des gravures de Dürer.
  • Veit Wagner reprend notamment le Saint Georges terrassant le dragon, l’Annonciation et l’Adoration des Bergers. À ces trois panneaux, Wagner en ajoute un dernier représentant un ermite en prière, peut-être saint Onuphre.

Bergheim : Musée d'Unterlinden - Colmar Photo O. ZIMMERMANN

  • Fermé, le retable présente aux fidèles deux volets peints des figures de saint Jean-Baptiste et de saint Jean l’Evangéliste.

Bergheim : Musée d'Unterlinden - Colmar Photo O. ZIMMERMANN

Les précepteurs du Temple

  • 1220 : Dietrich (dispensator)

Bergheim : second panneau de la prédelle

Les commandeurs de Saint-Jean-de-Jérusalem

  • 1328 : Jean de Reichenstein
  • 1337 : Konrad d’Efpig
  • 1362 : Martin Fabri
  • 1381 : Rudolph de Reichenberg

Bergheim : armoiries des Hospitaliers

Le mot du propriétaire

Cette rubrique est ouverte au propriétaire du lieu qui peut ainsi s’exprimer librement. Nous lui demandons de nous contacter : contact@insolite-asso.fr

Bergheim : porte intérieure

Sources de référence

  • Avec l’aimable collaboration du Musée d’Unterlinden de Colmar.
  • BUCHHEIT Nicolas : Horizon universel, horizon régional. Réseaux et territoires des commanderies hospitalières de Basse-Alsace au XIIIe et au XIVe siècle. Thèse préparée sous la direction de Georges Bischoff et soutenue le 17-11-2010 à l’Université de Strasbourg.
  • GRANDIDIER Abbé : Vue pittoresques de l’Alsace, dessinées, gravées et terminées en bistre par M. Walter. Strasbourg (1785).
  • GOUTZWILLER Charles : Le musée de Colmar. Colmar (1875).
  • LEONARD (E.-G.) : Introduction au cartulaire manuscrit du Temple (1150-1317) constitué par le marquis d’Albon.
  • RODE E. : L’obituaire des chevaliers de Saint-Jean de Sélestat. Colmar (1906).

Notes

[1] Partie inférieure d’un retable qui sert de support aux panneaux principaux. Elle peut être composée d’une seule planche en longueur, ou de plusieurs éléments.

Votre panier contient produit(s)

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Email : contact@passion-patrimoine.fr | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0