Jalès (Ardèche)

Retour en haut

La commanderie de Jalès était une exploitation agricole avec des bâtiments disposés autour d’une cour et d’un puits central. L’état de conservation de l’ensemble est remarquable.

Propriété privée - Se visite sur rendez-vous

Jalès : la commanderie

Jalès : extrait du plan napoléonien (1830)

Origine & Situation

  • Vers 1147, les Templiers s’installent à Jalez -Jalès, Jallès- (commune actuelle de Berrias-et-Casteljau), au sommet d’une légère éminence surveillant la plaine de Berrias et le front des Cévennes.

Jalès : vue aérienne (cliché Barge)

Histoire de la commanderie

  • Durant un siècle et demi, les Templiers agrandissent leur temporel grâce à des cessions de terres et de droits par des legs, des dons ou des ventes de la part de particuliers.
  • 1187 : Les Templiers entretiennent de bons rapports avec l’évêque de Viviers, Nicolas, qui cède au commandeur Guillaume de la Jarrie, les églises de Chandolas et d’Avonas.

Jalès : extrait du plan napoléonien (1830)

  • Le cens est payé en argent ou en nature (poules, porcs, agneaux, journée d’homme ou journée de bœuf), à la commanderie une fois par an, à la Saint Michel. La dîme est rassemblée sous forme de récoltes (blé, agneaux, poules ou géline [1]).
  • 1283 : Un conflit oppose le roi et le commandeur de Jalès en ce qui concerne les limites des juridictions judiciaires, matérialisées par l’emplacement des " fourches patibulaires " où l’on pend les condamnés à mort. Le commandeur proteste et obtient satisfaction.

Jalès : escaliers

" L’an 1283 et le lundi du Caresme prenant, le commandeur, avec le viguier d’Uzès, avec un certain nombre de gens de Berrias, de Chandolas et autres lieux, se transportèrent en certain endroit dans le terroir de Chandolas, entre la Combe de Freissinet et le chemin public qui passe à Sion (Assions ?). Etant arrivé audit endroit, ledit viguier déclare qu’estant passé par ledit lieu quelque temps auparavant avec nombre de gens, il aurait trouvé audit endroit des fourches élevées par le commandeur avec un homme pendu à la poursuite desdits officiers dudit commandeur à cause d’un homicide qu’il aurait comis audit endroit, et que le dit viguier aurait fait abattre lesdites fourches et aussi fait planter celles du roi où il aurait fait remettre ledit pendu, et que suivant le jugement qui aurait été rendu par le sénéchal pour réparer le tort fait audit commandeur et le remettre en possession desdites fourches et dudit homme pendu, ledit viguier fit abattre les fourches qu’il avait fait placer pour le roi et donna consentement que les fourches du commandeur fussent élevées de nouveau, ce qui fut fait, et les os dudit homme pendu qui furent trouvés par terre furent mis dans un sac ..."

Jalès : la commanderie (cliché Raymond Oursel)

  • 1312 : L’ordre du Temple est dissout : la commanderie de Jalès passe aux mains des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem.
  • 1383 : Les commanderies de Jalès et de Trignan sont réunies sous le nom de Jalès qui devient ainsi l’une des plus riches et des plus vastes du sud de la France.

Jalès : cour intérieure avec le puits

  • La commanderie comprend :
    - Le chef de Jalès en Vivarais consistant en un château avec justice et juridiction entière sur 43 villages et sur le moulin de Berre.
    - Le membre de Berrias avec église et divers, donné aux Templiers par Pons de Berrias en 1147 et par Raymond, comte de Melgueil, en 1185.
    - Le membre de Banne : église et prieuré, donnés par bulle de Grégoire VIII, en 1187, et le péage du Petit Paris acquis en 1152.
    - Le membre de Chandolas, prieuré primitif, dîmes, passage de la barque sur la rivière de Chassezac, directes et droits de dépaissance au terroir de Gropierre, directes de Barjac, Joyeuse, Plansoles, Rosières, Sénilhac, la Blachère, Bec-de-Jun, Saint-André de Cruzières, Beaulieu, Bessas, Entraigues, Courres (Courry ?), etc.

Jalès : cour intérieure avec le puits

  • Jalès connait une phase de déclin importante aux XVIe et XVIIe siècles : les commandeurs n’y séjournent plus.
  • 1790 à 1793 : Trois rassemblements de gardes nationaux, catholiques, contre-révolutionnaires, etc. vont se succèder au pied de la commanderie : ce sont les Camps de Jalès.
  • 1793 : La commanderie est vendue comme un bien national. Elle est rachetée par des paysans qui vont utiliser les locaux en tant qu’habitations et bâtiments agricoles.
  • Une grande partie des bâtiments de la commanderie est aujourd’hui la propriété du Syndicat Départemental d’Equipement de l’Ardèche (SDEA) qui accueille l’Institut de Préhistoire Orientale (IPO), laboratoire du CNRS spécialisé dans les origines de l’agriculture au Moyen-Orient, et l’association Pierre Richard.

Jalès : plan de la commanderie

La commanderie

  • Les bâtiments sont disposés autour d’une cour intérieure (1) comportant un puits d’une quarantaine de mètres de profondeur.
  • La commanderie de Jalès est une exploitation agricole qui a conservé la quasi-totalité de ses bâtiments d’origine :
    - 2 : Chapelle
    - 3 : Logis des chevaliers ou " palais "
    - 4 : Cellier
    - 5 : Aile Ouest

Jalès : détail des murs

  • L’appareillage des murs primitifs est en pierres de taille grises, bien dressées et à joints minces.
  • 1158 : Il est fait mention d’un cimetière au chevet de la chapelle, à l’angle Sud-Est.

Jalès : vestiges d'armoiries

  • En raison des troubles liés à la Guerre de Cent Ans, les Hospitaliers fortifient la commanderie :
    - 6 : Pont levis
    - 7 : Remparts
    - 8 : Porche Sud

Armoiries de Manuel Pinto de Fonseca

  • 1740 : Le commandeur Pierre-Emmanuel de Laubérivière de Quinsonnas entreprend la restauration de la commanderie. Pour marquer son empreinte, il fait apposer ses armoiries et celles de Manuel Pinto de Fonseca, Grand Maître de l’Ordre de Malte à l’époque, sur la façade du bâtiment d’habitation.
  • Démantelée à la Révolution, la commanderie subit de nouvelles transformations par les différents propriétaires qui vont se la partager.

Jalès : la chapelle

La chapelle

  • 1151 : La chapelle est dédiée à la Vierge Marie.
  • 1229 : Ce lieu de culte passe sous le vocable de Sainte Marie-Madeleine.
  • Correctement orientée, la chapelle comporte trois travées et se termine par une abside semi-circulaire voutée en cul-de-four.
  • On y accède par un portail en plein cintre et deux petites baies romanes éclairent la nef.

Jalès : peintures murales dans la chapelle

  • Des peintures murales subsistent dans l’abside. La voûte est peinte en rouge et on distingue, sous le badigeon, une mandorle [2] à fond bleu.
  • Un motif en rinceaux, ocre et brun sur fond blanc, court à la base de la voûte, souligne les arcs doubleaux et la corniche.
  • La chapelle fut transformée en grenier vers le XVIe siècle.

Jalès : nef de la chapelle Jalès : nef de la chapelle

Jalès : pierre de bornage avec croix

Les précepteurs du Temple

  • 1151-1152, 1157, 1168-1169 : Guillelmus de Riallaco
  • 1177 : Bego de Savardac
  • 1181 : Frotardus de Rocosello
  • 1181(?), 1186-1187 : Guillelmus de Garriga
  • 1191 : Robertus
  • 1194-1196 : Robertus del Teil
  • 1200 : Guillelmus de Garda Jalès : détail de la peinture du choeur
  • 1200 : Guillelmus de Sancto Mauricio
  • 1201-1202, 1204, 1207-1214, 1218 : Fulco de Montepesato
  • 1203 : Petrus Ferrarii
  • 1206 : Bermundus
  • 1214-1215, 1219 : Gaucelmus de Barjaco
  • 1219-1220 : Gaucelmus de Riperia (de la Ribieyra)
  • 1223, 1233-1235 : Bermundus de Castrogaudio (del Castel Gaug)
  • 1226-1229 : Guillelmus de Solessas
  • 1237 : Gaucelmus de Rupe
  • 1238-1240, 1246-1248 : Raimundus Jordani
  • 1243-1246, 1249-1252 : Petrus Ferrarii
  • 1256-1260 : Poncius Nielli
  • 1260-1265 : Poncius de Brozeto
  • 1265 : Guillelmus de Rocaforti
  • 1267-1272 : Bertrandus de Castronovo
  • 1273-1275, 1276-1277 : Bertrandus de Vivariis
  • 1275 : Gaucelmus de Riperia
  • 1281-1284 : Bermundus de Asperellis
  • 1287-1292 : Bernardus Jordani
  • 1294-1303 : Guillelmus de Ranco
  • 1308 : Guillelmus de Jocone

Jalès : bâtiment de la commanderie

Les commandeurs de Saint-Jean-de-Jérusalem

  • 1383 : Pierre Gaza
  • 1402 : Pierre du Teil
  • 1438 : Pierre de Casteljau
  • 1472 : Jean d’Arlempe SG de Concoules, Arlempole
  • 1477 : Jean de Châteauneuf
  • 1480 : Charles Alleman de Rochechinard
  • 1515 : Jean d’Urré de Tessière et de Venterolle
  • 1537 : François Loys de Driasse Jalès : armoiries mutilées
  • 1547 : Charles d’Urré de Tessière
  • 1555 : Joseph de Teissière
  • 1560 : Gérard de Cogolan (ou de Coët Logon)
  • 1561 : Géraud de la Tour
  • 1563 : François de Moreton
  • 1565 : Pierre de Massieu
  • 1578 : Antoine de La Lande
  • 1603 : Scipion de Châteauneuf de Molèges
  • 1640 : Henri de Merle-Beauchamp
  • 1654 : Rolland d’Algout d’Angles
  • 1656 : Jean Leblanc de la Rouvière
  • 1658 : François de Ratte de Cambous
  • 1673 : Joseph de La Valette
  • 1700 : Numa de Porières (ou Pourière)
  • 1711 : Melchior de Barras
  • 1713 : Richard de Sade de Mazan
  • 1723 : Antoine de Puget
  • 1740-1766 : Pierre-Emmanuel Pourroy de Laubérivière de Quinsonnas
  • 1765 : Jean de Gaillard Cadet
  • 1778 : Pierre-Augustin de Roland de Reauville
  • 1781 : Pierre-André de Suffren de Saint-Tropez
  • 1783 : Paul-Bruno Marie de Foresta du Randon

Jalès : bâtiment de la commanderie

Le mot du propriétaire

Cette rubrique est ouverte au propriétaire du lieu qui peut ainsi s’exprimer librement. Nous lui demandons de nous contacter : contact@insolite-asso.fr

Camps de Jalès (1792)

Sources de référence

  • Archives départementales de l’Ardèche pour l’extrait du plan napoléonien.
  • TRUDON DES ORMES (A.) : Liste des maisons et de quelques dignitaires de l’Ordre du Temple en Syrie, en Chypre et en France d’après les pièces du Procès. Revue de l’Orient latin, t. V, VI et VII (1897-1899).
  • LEONARD (E.-G.) : Introduction au cartulaire manuscrit du Temple (1150-1317) constitué par le marquis d’Albon.

Notes

[1] Ancien nom de la poule.

[2] Figure en forme d’amande dans laquelle s’inscrivent des personnages sacrés : le Christ, la Vierge Marie ou les saints.

Votre panier contient produit(s)

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Email : contact@insolite-asso.fr | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0