Eunate

Retour en haut

La chapelle d’Eunate fut l’une des trois chapelles funéraires qui jalonnaient le trajet navarrais du chemin de Saint-Jacques.

L’église se visite

Eunate : l'église Santa Maria

Eunate : l'église Santa Maria

Origine & Situation

Eunate : l'église Santa Maria

  • Isolée dans la campagne, l’église Santa Maria d’Eunate (commune de Muruzàbal) est située sur la Via Tolosana, quelques kilomètres avant Puente La Reina.
  • En basque, Eunate signifie "cent portes", allusion peut-être aux nombreuses arcades qui entourent l’édifice.
  • L’origine d’Eunate est encore mystérieuse. La présence des chevaliers du Temple dans cette partie de la Navarre n’est pas très documentée. En revanche, il est plausible que les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem qui tenaient des hôtels pour les pèlerins de Saint-Jacques, se soient positionnés ici.
  • Des ossements et des coquilles de saint-Jacques ont été retrouvées à Eunate, ce qui accrédite la thèse de la chapelle d’un hospice accueillant les pèlerins.
  • La dévotion de toute la contrée a donné lieu à l’apparition d’une confrérie dont les constitutions furent rédigées au cours des années 1487 et 1533. Cette confrérie prenait à ses frais, la conservation, l’ornementation et le culte de l’église. Elle disposait d’une maison près de l’ermitage.

Eunate : l'église Santa Maria

Histoire de l’église

  • Cette église fut construite pendant la seconde moitié du XIIe siècle.
  • La tradition populaire veut que ce soit une reine (ou une noble Dame) "Sancha " qui ait fait édifier l’église d’Eunate comme chapelle funéraire ; elle y serait inhumée.
  • L’église d’Eunate est consacrée à la Vierge. D’ailleurs, on y trouvait une représentation de la Vierge à l’Enfant datant du XIIe siècle ; aujourd’hui, elle a disparu.
  • Plusieurs retables disposés dans l’abside ont été démontés vers 1950.

Eunate : plan du site

L’église Santa Maria

  • L’église est sur plan octogonal comme le montre le plan ci-dessus :
    - 1, 2 et 3 : Entrées
    - 4 : Galerie d’arcades extérieures
    - 5 : Plan octogonal et abside
    - 6 : Portail d’entrée

Eunate : modillons extérieurs

  • Elle est entourée d’arcades (ou cloître extérieur) qui forment un monument original et intéressant de l’architecture romane de Navarre. D’où sa classification en tant que Monument national.
  • L’abside, dont les modillons représentent des visages humains, est pentagonale à l’extérieur et semi-circulaire à l’intérieur.

Eunate : la coupole

  • La coupole dessine l’octogone de base. Elle est supportée par huit fortes nervures de section carrée qui convergent au centre ; il n’y a pas de clé de voute.
  • Les baies avaient été obturées. Elles ont été ré-ouvertes à la suite des travaux de consolidation effectuées dans les années 1940.

Eunate : la galerie d'arcades

Les arcades extérieures

  • L’histoire de la galerie d’arcades extérieures semble aussi complexe que celle de l’église ; elle est sujette à diverses théories sur son origine et son but.
  • Cette structure est-elle contemporaine à l’église ou postérieure ?
  • Pour quelques chercheurs, les arcades seraient beaucoup plus récentes que l’église. Ils basent leur hypothèse sur les différences évidentes qui existent entre les colonnes qui soutiennent ses huit côtés.
  • Les arcades sont séparées de l’église de 4 m.
  • Elles font le tour de l’église, peut-être pour délimiter l’espace funéraire.
  • L’ensemble fut restauré aux environs de 1654, puisque des documents mentionnent l’intervention de Juan Galbán, maître tailleur de pierres d’Ezcároz, qui réclame à la confrérie de l’ermitage d’Eunate, le paiement de deux années de travail de restauration.

Eunate : l'église Santa Maria

Légende du portail d’Eunate et de celui d’Olcoz

  • Racontée par les villageois cette histoire remonte au début des travaux de l’église Santa Maria.

Pour un motif non-précisé, le maître tailleur de pierres (moine membre de la communauté), chargé de tailler le portail, doit s’absenter. Les travaux se poursuivent sans lui mais, vu que le temps passe et que le maître ne revient pas, les moines se voient obligés de recourir à un géant, vieux tailleur de pierres (fils et petit-fils de tailleurs de pierres), qui habite dans la vallée.

Ce dernier, doté de pouvoir surnaturels, termine le travail qui lui est commandé, avec une prodigieuse célérité et perfection. Le maître revient et, indigné, se plaint à l’abbé de ce qu’il considère comme une usurpation de son œuvre. Eunate : chapiteaux dans l'église L’abbé -sévère guerrier templier- afin de punir la fatuité du maître-constructeur, lui ordonne de sculpter un autre portail, semblable à celui du vieux géant, dans le même délai que celui utilisé par ce dernier : trois jours. Désespéré par l’ampleur de la tâche et prêt à invoquer le diable, le moine s’enfonce dans la forêt, où il rencontre la sorcière -Lamiñak- qui habite autour de la source de Nekeas. Celle-ci, ayant pitié du maître-tailleur, lui confie le secret magique qui résoudra son problème.

Sur ses conseils, le moine se cache près de la rivière Robo, en attendant l’arrivée d’un grand serpent, qui, tous les ans, la nuit de la Saint-Jean, vient se baigner à cet endroit. Avant de plonger dans l’eau, le reptile dépose sur la berge de la rivière, avec le plus grand soin, un objet qu’il garde dans sa gueule : la Pierre de Lune. Le constructeur s’empare de la pierre, qu’il introduit dans un calice rempli d’eau de la rivière Nekeas et s’empresse de rejoindre Eunate, où il a préalablement construit un portail, grossièrement travaillé. Eunate : Vierge à l'Enfant La lune atteint son zénith et le moine découvre, alors, tout le pouvoir synergique de la pierre, de l’eau et du calice : la lumière de la lune se reflétant sur la pierre, dans les ténèbres de la nuit, fait surgir le miracle et les vœux du maître constructeur se voient aussitôt exaucés. Soudain, le portail réalisé par le géant, apparaît reproduit, dans tous ses détails, sur les pierres brutes d’en face.

Mais l’émotion du moment fait trembler la main du constructeur, provoquant une légère différence : la fusion des éléments a permis le miracle de refléter l’ouvrage, mais ce dernier apparaît inversé, comme dans un miroir.

Le lendemain, la communauté, ahurie, n’en croit pas ses yeux. Et le vieux tailleur de pierres, qui se rend tous les matins à l’église, pour jouir de sa création, en découvrant ce nouveau portail devant le sien, plein de rage, lui assène un tel coup de pied que l’ouvrage atterrit dans le village voisin d’Olcoz, où il se trouve encore aujourd’hui.

Eunate : les arcades extérieures

Sources de référence

  • CORPAS MAULEON (J. R.) : Curiosidades del Camino de Santiago. Éditions Edilesa.
Votre panier contient produit(s)

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Email : contact@insolite-asso.fr | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0