Le site a déménagé ! cliquez sur le lien suivant:

https://www.passion-patrimoine.fr/

Montarouch (Gironde)

Retour en haut

De la commanderie du Temple de Montarouch ne subsistent que les ruines de la chapelle. Heureusement, une action de sauvegarde a permis de stopper la dégradation de ces derniers vestiges.

Propriété privée - Ne se visite pas

Montarouch : la chapelle côté Nord (Croquis H. de Marquessac)

Montarouch : extrait du plan napoléonien (1836)

Origine & Situation

  • 1196 : Un acte du Grand Cartulaire de l’Abbaye de la Sauve Majeure (Grande-Sauve) mentionne que les Templiers de « Monteroig » [Montarouch] ont un différent avec le prieuré de Bellefont à propos d’un droit de sépulture.

Montarouch : la chapelle côté Sud (Croquis H. de Marquessac)

  • 1299 : Une transaction atteste l’appartenance de Montarouch à l’ordre du Temple : Jean de Grailly, seigneur de Benauge, a usurpé le droit de justice du commandeur de Montarouch...
  • La maison de Montarouch, sur la commune actuelle de Targon, est bâtie au sommet d’un coteau qui domine le comté de Benauge et une partie de l’Entre-Deux-Mers.

Montarouch : la chapelle

Histoire de la commanderie

  • La toponymie locale de plusieurs lieux-dits de Targon conserve heureusement le souvenir du Temple car les actes sont très pauvres sur sa présence. Montarouch : le chevet plat de la chapelle
  • 1312 : Montarouch passe aux mains des Hospitaliers. Dès lors et jusqu’au XVe siècle, les commandeurs auront en charge Montarouch et la commanderie de Saint-Genis. Parfois, ils le seront également d’Arcins, du Pont Saint-Jean et du Temple de Bordeaux.
  • En ce début du XIVe siècle, les Hospitaliers de Montarouch subissent une violente agression de la part de Noble Pierre de Greylin, vicomte de Benauge qui veut se rendre maître de cette place. Il attaque le village, l’incendie et le pille. C’est sans doute dans ces circonstances que furent détruites les anciennes chartes de Montarouch.
  • Au XVIe siècle, Montarouch est un membre d’Arcins.
  • Au XVIIIe siècle, le registre des visites générales fait état que « le chasteau de Montarouch estoit basti de bonnes murailles en pierre de taille avec basse-court environnée de murailles à crénaux fermant par un grand portail vis-à-vis le pont ».

Montarouch : vestiges de la chapelle

La commanderie de Montarouch

  • Une motte artificielle faite avec la terre des fossés qui l’entourent sert de base à la chapelle et aux constructions qui s’y adossent ; ces bâtiments s’étendent à l’Ouest et au Sud du lieu de culte, laissant à découvert le Nord et l’Est du monument. Montarouch : le gisant d'un chevalier
  • Le fossé fort rapproché de l’église la protège sur ses deux derniers côtés.
  • Ces dernières années, la construction d’une route a déformé la motte et comblé le fossé méridional.
  • De la puissante commanderie de Montarouch, ne subsistent que les ruines de sa chapelle romane dédiée à Notre-Dame.
  • Quelques sarcophages sont visibles à proximité immédiate de la chapelle.
  • Plusieurs monuments funéraires provenant de la commanderie de Montarouch sont précieusement conservés dans l’église de Targon.
  • Le plus ancien, car il pourrait remonter au XVe siècle, est ce gisant d’un chevalier à l’épitaphe énigmatique : Ensemble honneur duquel il était garde ; Aussi vertu son cy-dessoubs en garde ; Or toi que veulx ceci entendre ; Prie au Seigneur d’un tel honneur comprendre.

Montarouch : dalle gravée

  • Associons à ce chapitre une dalle gravée réutilisée en linteau de porte dans la chapelle. Son épitaphe tronquée à gauche est : ...qui fut meurtri, tué et mis à mort ; ... cruellement sans en avoir remort ; ...par la fureur de la Communauté ; ...de Saint-Léon en grand déloiauté.

Montarouch : la chapelle et le château (Croquis H. de Marquessac)

Le château de Montarouch

Montarouch : la chapelle et sa tour

  • 1432 : Première mention du château de Montarouch.
  • 1688 : Une visite des chevaliers de Malte précise notamment que :

    ... Dans la paroisse y a un chasteau fort entier environné de fossés et l’esglise parroissiale est attachée aud chasteau il est situé sur un lieu assés eslevé ayant une fort belle veüe de tous costés avec une fontaine dont l’eau est très excellante....

  • 1774 : Autre exemple de visite :

    procédant ensuite à la visite du château, nous avons vû qu’il est entouré de fossés dans l’enceinte duquel est lad. église. On y entre par un pont de pierre de taille avec des gardefols devant le portail ou il y a une bonne fermeture. Il se présente d’abord une première cour, à côté gauche de laquelle il y a de belles écuries, a main droite aboutissant à un grand portail dont il y a deux planches changées nouvellement. On entre ensuite dans le château par une porte moyenne qui présente un vestibule le long de la muraille de l’église jusques à la petite cour intérieure du château qui est séparée du d. vestibule par deux grands arceaux de pierre de taille...

  • 1830 : Le château est démonté pierre par pierre.

Montarouch : la chapelle

La chapelle Notre-Dame

  • La chapelle est bâtie sur un plan rectangulaire, en bel appareil. Les murs sont soutenus à l’extérieur par des contreforts plats.
  • Des remaniements dans la façade indiquent plusieurs étapes de construction ou de reconstruction. La base primitive date du XIIe siècle, alors que la partie haute est du XIVe siècle.
  • L’abside ne paraît pas avoir souffert à cette occasion,

Montarouch : disposition de la chapelle (Croquis H. de Marquessac)

  • L’intérieur de la chapelle est constitué d’une seule travée terminée à l’Est par le chœur.
  • Une voûte en arc brisé surplombe la nef qui ne devait pas avoir d’ouvertures. En revanche, le sanctuaire -le chœur- était éclairé par une fenêtre au Nord et très probablement une autre au Sud.
  • Le chevet plat est percé d’un triplet surmonté d’un oculus encadrant une rose à quatre feuilles.

Montarouch : la chapelle

  • Dans la nef, trône une ancienne table d’autel.
  • A l’origine, les murs de la nef étaient couverts de peintures dont subsistent quelques traces sur le portail et sur les murs.
  • Plus tard, on les a recouverts d’un badigeon sur lequel on a simulé notamment des assises au moyen de lignes rouges.

Montarouch : la table d'autel

  • Au XVIe siècle, une petite tour carrée surmontée d’un pigeonnier est construite contre l’angle Nord-Est, accrochée au mur du chevet.
  • 1838 : Ecroulement partiel de l’église. Deux pans de murs s’élèvent encore au Nord et à l’Est, avec une amorce à l’Ouest.*
  • La cloche de Montarouch aurait été volée et transportée de nuit au village voisin de Faleyras.

Montarouch : la chapelle (Croquis H. de Marquessac)

Les précepteurs du Temple

  • Aucun précepteur connu

Montarouch : un chapiteau de la chapelle

Les commandeurs de Saint-Jean-de-Jérusalem

Montarouch : un sarcophage

  • 1318-1328 : Guillaume de Chavanon
  • 1354-1377 : Arnaud Bernard Hébrard
  • 1400-1407 : Estève Comte
  • 1409-1422 : Gauvain de Latran
  • 1432-1435 : Foulque d’Avalat
  • 1435-1436 : Menaud de Ruthie
  • 1436-1479 : Jean Mercey
  • 1479-1490 : Odet de la Graula
  • 1491-1504 : Pierre de Bruch
  • 1512-1513 : Gabriel de Lestang de Pommerolles
  • 1516-1519 : Raymond de Riollis
  • 1521-1522 : Didier Tholon de Saint Jaille
  • 1523-1534 : Philippe de Montlesun
  • 1534-1544 : Pierre de Massencomme dit Montluc
  • 1549-1555 : Jean Targue
  • 1556-1567 : Jean de Maigneaut de Montagut
  • 1567-1579 : Hélie de Cugnac de Caussade
  • 1580-1590 : Mathurin de Lescout Romegas
  • 1590-1620 : René Chabaud de Tourettes
  • 1622-1626 : Claude de Castellane de Mommejan
  • 1631-1637 : Jean Flottes de Labadie Montarouch : porte du côté Nord
  • 1638-1647 : Jean Blaise de Mons
  • 1649-1653 : Jean Gilles de Fongasse de la Barthelasse
  • 1654-1671 : François Pol de Beon Massé Cazaux
  • 1672-1678 : César de Villeneuve Beauregard
  • 1682-1690 : Joseph Thomas de Merles Beauchamps
  • 1691-1692 : Louis Lebrun de Castellane de Rougon
  • 1694-1698 : François de Glandeves Montblanc
  • 1700-1714 : Laurent d’Urre de Brette
  • 1718-1725 : François de Croze Lincel
  • 1725-1735 : Alexandre de Garnier Julien Saint-André
  • 1736-1768 : François Glandeves de Nioseles
  • 1769-1783 : Jean-Baptiste de Thaon Revel Saint-André
  • 1784-1792 : Pierre de Lombard Montauroux

Montarouch : modillons de la chapelle

Le mot du propriétaire

Cette rubrique est ouverte au propriétaire du lieu qui peut ainsi s’exprimer librement. Nous lui demandons de nous contacter : contact@insolite-asso.fr

Montarouch : porte Nord

Sources de référence

  • Archives départementales de la Gironde pour l’extrait du plan napoléonien.
  • A.S.P.E.C.T. : A la découverte de l’Entre-Deux-Mers. La commanderie de Montarouch. CRDP d’Aquitaine (1996).
  • DU BOURG (M.A.) : Histoire du Grand-Prieuré de Toulouse. Toulouse (1883).
  • L’INSOLITE N°30 : Epitaphier de l’Ordre du Temple par Les Amis de l’Insolite. 220 pages (2006).
  • LEONARD (E.-G.) : Introduction au cartulaire manuscrit du Temple (1150-1317) constitué par le marquis d’Albon.
  • MARQUESSAC (Baron H. de) : Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Guyenne depuis le XIIe siècle jusqu’en 1793. Bordeaux (1866).
Votre panier contient produit(s)

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Email : contact@passion-patrimoine.fr | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0