Vaour (Tarn)

Retour en haut

Vers 1160, les Templiers avisent une lande stérile sur un plateau élevé, à Vaour, dans la paroisse de Saint-Pantaléon. Ils y élèvent un château qui deviendra le chef-lieu d’une commanderie étendue.

Propriété privée - Ne se visite pas

Vaour : la commanderie

Vaour : emplacement de la commanderie - Extrait du plan napoléonien (1839)

Origine & Situation

  • Vers 1140, les Templiers s’établissent dans la châtellenie d’Amiel de Penne qui leur abandonne une partie des dîmes de Saint Pantaléon.
  • 1143 : Les premiers actes de donation sont relatifs aux droits territoriaux de La Combe des Albis et autres propriétés que le seigneur de Penne et de ses chevaliers accordent, pour le salut de leur âme, à Pierre Humbert, prieur.
  • Vers 1160, les Templiers établissent sur un éperon rocheux leur domus Templi de Vaor, Albiensis diocesis.

Vaour : la commanderie

Histoire de la commanderie

  • 1173 : Les actes mentionnent Fort Sans comme « maiestre de Vahor ».
  • 1180 : Raimond de Doguers et B. d’Auri, pour l’amour de Dieu et le salut de leur âme, donnent aux chevaliers du Temple et à Fort-Saus, maître de la maison de Vaour, leurs corps et leurs biens, et sont reçus dans l’Ordre en qualité de frères donnés.
  • 1181 : Cession par Etienne, prieur de Saint-Antonin, et tous les chanoines de son couvent, à l’ordre du Temple des églises de Castras, de Mairessi et de Montricoux.

Vaour : la commanderie - Lithographie Cassan

  • 1181 : Les chanoines de Saint-Antonin « vexés par les infidèles contre lesquels ils ne pouvaient se défendre, » donnent aux chevaliers du Temple, « afin qu’ils les protégeassent contre leurs ennemis, » et sous l’acceptation de Fort-Saus, maître de la maison, l’entier territoire de Montricoux et ses trois églises de Montricoux, de Saint-Benoit-de-Castres et de Saint-Laurent-de-Mairet, avec tous droits de justice, pâturages, rivages, moulins, eaux et bois, tel et le même qu’ils le tenaient du roi Pépin, se réservant seulement les dîmes des paroisses. Vaour : porte romane de la chapelle
  • 1196 : Ramond-Amiel de Penne exempte les Templiers des leudes [1] et des péages dans toute sa châtellenie. Il est reçu dans l’Ordre en qualité de frère donné, avec participation aux bénéfices spirituels et la promesse d’être enterré dans leur cimetière.
  • A la fin du XIIe siècle, les biens des Templiers attachés à la commanderie de Vaour sont considérables.
  • 1202 : Sa fortune est telle que le précepteur Pierre del Castel fait rédiger et rassembler son neveu Guirbert, chanoine de Saint-Antonin, tous les actes qui l’attestent en un seul recueil de parchemins : le cartulaire de Vaour.
  • Mais aucun acte de ce cartulaire ne concerne l’installation des Templiers à Vaour, ni l’acquisition des terres proches de ce lieu.
  • 1276 : Sentence arbitrale entre les Templiers et les chanoines de Saint-Antonin, au sujet des dîmes des paroisses de Montricoux, de Saint-Maurice et de Castras ; elles sont adjugées aux premiers moyennant une redevance annuelle de 24 setiers de froment et de 16 d’orge. Vaour : détail d'architecture
  • 1482 : Transaction entre les habitants de Vahours, portant règlement des droits de fouage [2] et de fournage [3] et des journées de corvées ; le commandeur devra, en temps de guerre, offrir asile dans son château aux personnes et aux meubles de ses vassaux, qui seront tenus de lui fournir un service de garde et de guet.
  • 1497 : La commanderie de Vaour a des rentes dans les communautés de Vaour, Penne, Montmiral, Lentin, Audillac, Cahusac, Loubers, Bonneville, Itzac, Cestayrols, Montricoux, Vieules, Cordes et Tonnac.
  • 1523 : Procès contre les consuls de Vahours qui ont tenté d’usurper l’exercice de la justice dans cette ville et des droits d’usage dans la forêt du commandeur.
  • 1655 : Arrêt de la Cour des Aydes de Montpellier, défendant aux consuls de Saint-Beauzille de soumettre à la taille [4] les biens de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem.
  • 1789 : Les biens de Vaour sont mis en vente par la nation.

Vaour : la commanderie

La commanderie de Vaour

  • Les bâtiments de la maison du Temple de Vaour (Vahor) furent élevés sur une butte assez large, dominant un vaste paysage de combes et de zones de grès. Cette situation stratégique permettait au guetteur du Temple, de faction en haut du donjon, de surveiller au Nord les Monts d’Auvergne, au Sud les Pyrénées, à l’Est les Cévennes, et à l’Ouest, les plaines de l’Albigeois.

Vaour : la commanderie

  • La commanderie était suffisamment fortifiée pour décourager d’éventuels assaillants.
  • Le portail d’entrée (H) porte au-dessus de son arc une pierre armoriée mutilée, datée de 1618.

Vaour : plan de la commanderie en 1613

  • L’ensemble est ainsi disposé :
    - A : Cour principale
    - B : Cour intérieure
    - C : Cimetière
    - D : Donjon rectangulaire qui abritait la chapelle voûtée en berceau légèrement brisé. Une porte romane d’entrée est côté cimetière.
    - E1 : Cuisine au rez-de-chaussée ; appartements du commandeur à l’étage
    - E2 : Réfectoire
    - F : Tour-porche
    - G : Escalier à vis
    - H : Portail d’entrée en plein cintre
    - I1 : Boulangerie
    - I2 : Grenier
    - L : Bâtiment agricole
    - M : Métairie au rez-de-chaussée : écuries au sous-sol
    - P1 et P2 : Communs

Vaour : la métairie

La métairie

  • La métairie est un imposant bâtiment rectangulaire de la commanderie, aligné dans le sens Est-Ouest, de 40m de long par 15m de large.
  • Côté Sud, neuf énormes contreforts soutiennent le mur sur toute sa longueur, sans doute parce qu’il est en contrebas de la cour intérieure.
  • Des archères droites sont encore visibles sur les faces Est et Ouest.
  • Une immense salle voûtée à moitié souterraine servait d’écurie. A noter que la voûte ne fut construite qu’au XVIIe siècle, en remplacement d’un plancher.
  • La tradition précise que les chevaliers du Temple conduisaient leurs chevaux à l’intérieur des écuries par un pan incliné.
  • Au niveau supérieur se trouvent la grange et des pièces d’habitation.
  • Un beau portail offre un cintre chanfreiné, surmonté d’un écusson martelé à la Révolution. Il portait les armes de la Maison de La Valette.

Vaour : la métairie

Les précepteurs du Temple

  • 1173 : fratre Fortsauz
  • Vers 1177-1179 : fratre Guiral Bada
  • 1178 : fratre Joan de Nogairol
  • 1179 : fratre Fortsauz et J. de Nougairols
  • 1180-1183 : fratre Fortsauz et fratre Durant Oeiller
  • 1184 : fratre Fortsauz et fratre Petrus de Tudella
  • 1185 : fratre Fortsauz
  • 1186 : fratre Fortsauz et fratre Petrus de Tudella et fratre W. Ato
  • 1191 : fratre Arnaut Dabos et fratre ? Petrus Vaour : sceau de Vaour-Montricoux (1303)
  • 1192 : fratre Doatz Dahas
  • 1192-1193 : fratre Bertrandus Bonafous
  • 1195 : fratre ? Petrus
  • 1199 : fratre Deodatus de Santa Crotz
  • 1200 : fratre Adhemarus W. (Guillelmus)
  • 1202 : fratre Petrus del Castell
  • 1211 : fratre Arnaldus Dabos
  • 1247 : fratre Petrus de Bosco
  • 1248 : fratre Gaillarts de Pardinas
  • 1257 : fratre Raimundus de Boqueria
  • 1264 : fratre Poncius de Castronovo
  • 1268 : fratre Hugo Raous
  • Vers 1280 : fratre Petrus Jaufredi
  • 1287 : frère Pons de Brozet
  • 1303 : frère Bernard de la Roche

Vaour : écuries sous la métairie

Les commandeurs de Saint-Jean-de-Jérusalem

  • 1338 : frère Etienne de Salhs
  • 1394-1407 : frère Amalric de Sanhac (ou de Savignac)
  • 1400 : frère Jean de Castelnau
  • 1451-1465 : frère Pierre Rafin
  • 1477-1482 : frère Pierre ou Pons de Malleville
  • 1506 : Charles Alaman de Rochechouard
  • 1532 et 1538 : Raymond Ricard
  • 1534 : Philippe de Lasagne
  • 1538-1551 : Eynard de Montorsi (ou de Montrozier)
  • 1552-1560 : Jean-Pierre de Baulac-Trebons
  • 1567 : Antoine de Rondes (dit de Montalque)
  • 1574 : Jean de Lavalette de Cornusson Vaour : écusson mutilé qui portait autrefois les armes de la Maison de La Valette
  • 1581 : Pierre de Roquelaure
  • 1597-1610 : Guillaume de Castelpers
  • 1597-1610 : Jean de Marsa-Salhac
  • 1615-1617 : Pierre de Blanchard Neaules
  • 1624-1626 : Richard de Niny-Claret
  • 1632 : Honoré de Villeneuve-Villevielle
  • 1638-1644 : Louis de Bagarri
  • 1647 : François-Paul des Massières-Casaulx
  • 1667 : Jacques Desparbes-Lussan-Carbonneau
  • 1678-1686 : Jean de Villeneuve-Villevielle
  • 1689-1707 : Gaspard de Pontevès-Bargemme
  • 1759 : N. de Chateauneuf
  • 1763-1767 : Charles-Philippe de Crucy-Marcilhac
  • 1782-1789 : Pierre-Antoine de Raynoud-d’Eaulx

Vaour : la commanderie

Sources de référence

  • Archives départementales du Tarn pour l’extrait du plan napoléonien.
  • DU BOURG (M. A.) : Histoire du Grand-Prieuré de Toulouse. Toulouse (1883).
  • GRAND (F.) : La commanderie de Vaour, un village et son passé... (1993).
  • LAHAYE (C. de) : Etude du cartulaire des Templiers de Vaour (Tarn) : vie sociale et économique dans les confins de l’albigeois (1140-1200). Université de Toulouse Le Mirail (1988).
  • LEONARD (E.-G.) : Introduction au cartulaire manuscrit du Temple (1150-1317) constitué par le marquis d’Albon.
  • KUDLIKOWSKI (C.) : La commanderie templière de Vaour. U.E.R. Histoire, Histoire de l’art et Archéologie.
  • PORTAL (Ch.) & CABIE (E.) : Cartulaire des Templiers de Vaour (Tarn). Albi (1894).
  • ROSSIGNOL (E.-A.) : Monographies communales ou étude statistique, historique et monumentale du département du Tarn. Tome III, Toulouse (1865).

Notes

[1] Au Moyen Age, nom donné à toute espèce de prestation ou impôt

[2] Redevance seigneuriale due par chaque foyer

[3] Redevance pour la cuisson du pain au four commun

[4] Impôt direct levé par les seigneurs

Votre panier contient produit(s)

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Email : contact@insolite-asso.fr | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0