Le Palais (Haute-Vienne)

Retour en haut

En 1217, une bulle du Pape Honorius III donne l’église du Palais comme appartenant aux Frères de la Milice du Temple. Ces derniers y bâtiront un château-presbytère.

Propriété privée - Seule l’église se visite

Le Palais-sur-Vienne : l'église

Le Palais-sur-Vienne : plan napoléonien (1814)

Origine & Situation

  • Au début de l’ère chrétienne, un certain Jocondius créa un domaine agricole peu éloigné de Limoges et placé dans une position avantageuse et convenable. Ce lieu devint Jocondiac et pourrait-être à l’origine du Palais (aujourd’hui Le Palais-sur-Vienne).
  • Ce chef-lieu était traversé par une voie romaine et un Palais royal y fut construit au temps de Charlemagne.
  • En 1186, l’église du Palais est dans l’ancien archiprêtré de Bénévent [1] ; elle appartient aux Frères réguliers de la maison aumônière de Saint-Gérald de Limoges fondée en 1156. Le Palais-sur-Vienne : plan napoléonien (1814)
  • 1217 : Une bulle du Pape Honorius III donne l’église du Palais comme appartenant aux Frères de la milice du Temple qui payent un dédommagement à Saint-Gérald.

Le Palais-sur-Vienne : vue aérienne

Histoire de la commanderie

  • La maison du Temple du Palais « in domo Templi de Palatio, juxta Lemovicum » était nommée « préceptorie de Limoges » et devait avoir d’importantes dépendances autour de son « château ».
  • Le Praeceptor des maisons du Temple de Champeaux et de La Bussière, Guillaume Aymeri, évoque qu’il avait été reçu anciennement (vers l’année 1277) en la chapelle de cette maison du Palais par Etienne de « Leol », commandeur du Temple en Limousin. Le Palais-sur-Vienne : plan du rez-de-chaussée du château (1850)
  • Avant 1307, Jean-Marie ALLARD dans la Revue Mabillon, nouvelle série, tome 14 (2003), la donne aussi comme chef-lieu de paroisse. C’est le cas de nombreuses commanderies templières, telle celle de La Décollation de Saint-Jean-Baptiste de Paulhac, ancien diocèse de Limoges, commune actuelle de Saint-Etienne de Fursac, actuel département de la Creuse, avec un magnifique décor peint mutilé des années 1280-1307. Il n’ y a pas lieu de douter de l’œuvre scientifique de M. ALLARD. Le diocèse de Limoges, avant 1307, est surtout occupé par les Templiers, et le maillage paroissial extrêmement dense, les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem ayant également des commanderies à église de double statut : de commanderie et paroissial (comme Saint-Jean-Baptiste de Lavaufranche, ancien diocèse de Limoges, actuel département de la Creuse, ou Saint-Jean-Baptiste de La Croix-au-Bost, cette dernière aujourd’hui relevant de la commune de Saint-Domet, ancien diocèse de Limoges, actuel département de la Creuse).
  • 1307 : La maison du Temple donne asile à une dizaine de frères.
  • 1312 : Le Palais et ses dépendances sont dévolus à l’Hôpital Saint-Jean-de-Jérusalem par la bulle Ad Providam Christi de Clément V.
  • Il semblerait que le château du commandeur de Malte ait été bâti par les Templiers au XIIIe siècle.
  • 1355 : Un hôpital est mentionné au Palais.
  • 1636 : Le commandeur « fist réparer la maison et l’église qui était toute ruinée ».
  • 1688 : Le château, en forme de pavillon avec une tour carrée au milieu qui sert de degré, est remis en état.
  • 1790 : Le château-presbytère est vendu comme bien national.

Le Palais-sur-Vienne : l'église

L’église Saint-Jean-Baptiste

  • Les éléments architecturaux plaident en faveur d’une construction du XIIIe siècle.
  • L’église se compose d’une nef rectangulaire à trois travées, voûtée d’ogives. Ce type de parti architectural est extrêmement fréquent au sud de la Loire dans les années 1200-1312, que ce soit dans le Temple ou l’Hôpital Saint-Jean de Jérusalem. Il correspond à ce que Claude Andrault-Schmitt, dans son ouvrage de 1997Limousin gothique, appelle des "églises-granges" : aspect austère, construction rapide et plus ou moins en série (à l’échelle de la France actuelle), fait pour être peint, solidité des voûtes d’ogives quadripartites ou octopartites à liernes, unification de l’espace par la nef unique avec plus ou moins un effet de baldaquin (influence du gothique angevin dit Plantagenêt), qui permet aussi un éclairage continu (ou "lux continua") de l’espace ecclésial. Le Palais-sur-Vienne : plan de l'église
  • Le chœur, à chevet plat, est éclairé par une baie en plein-cintre. Ce choix est, à l’instar du parti architectural (ou plan), extrêmement répandu en Limousin, chez les Templiers comme les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, les Grandmontains en Limousin ou ailleurs.
  • Le portail occidental est surmonté d’un clocher-mur. En 1863, le couronnement du pinacle fut complété d’un ajout triangulaire, surmonté d’une croix. Cet ensemble est absent sur le dessin de Louis Guibert de 1858. © REGION LIMOUSIN. Service de l'inventaire et du patrimoine culturel. Dessin : Louis GUIBERT, 1858. Reproduction Philippe Rivière. 1989
  • Au XVIe siècle, la nef fut comblée sur une hauteur d’environ un mètre comme le montre notamment une petite niche Renaissance à moitié enfouie dans le sol.
  • 1711 : Parmi le mobilier énuméré, figure un Saint-Jean-Baptiste céphalophore [2]. Cette statue est aujourd’hui conservée dans l’église, à l’intérieur d’une cavité fermée par une grille en fer forgé.
  • 1734 : Le commandeur de La Valette fait procéder à des réparations de l’église et à la construction de la sacristie.

Le Palais-sur-Vienne : niche avec statue de Saint-Jean-Baptiste

Les précepteurs du Temple

  • 1239 : frère Jean
  • 1253 : frère Roger
  • 1307 : frère Etienne de Goursolles

Le Palais-sur-Vienne : armoiries des Templiers au presbytère

Les commandeurs de Saint-Jean-de-Jérusalem

  • 1457 : frère Louis de Maufactans
  • 1770 : frère de Félines de La Renaudie
  • 1789 : frère Jean-Louis de Virieu

Le Palais-sur-Vienne : armoiries des Hospitaliers au presbytère

Sources de référence

  • Archives départementales de la Haute-Vienne pour les extraits du plan napoléonien et le Service de l’inventaire et du patrimoine culturel pour le dessin de Louis Guibert (1858).
  • Archives départementales du Rhône : Série 48H - Fonds Ordre de Malte.
  • LEONARD (E.-G.) : Introduction au cartulaire manuscrit du Temple (1150-1317) constitué par le marquis d’Albon.
  • VARNOUX (J.) : L’église Saint-Jean-Baptiste du Palais-sur-Vienne. Limoges (1984).

Le Palais-sur-Vienne : porche d'entrée dans l'église

Notes

[1] Abbaye de religieux de Saint-Augustin

[2] Personnage décapité, portant sa tête entre ses mains

Votre panier contient produit(s)

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Email : contact@insolite-asso.fr | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0