Sainte-Quitterie (Lot-et-Garonne)

Retour en haut

Près de l’église Sainte-Quitterie s’élevait la masse sombre d’un vieux donjon crénelé. A partir de là, les Templiers s’étendaient leur autorité sur tout le quartier entourant leur enclos désigné dans les vieux cadastres sous le nom de Temple.

Pas de vestiges

Agen : vue perspective de la ville en 1648

Agen

Origine et situation

  • Ce fut grâce aux libéralités d’Hélie de Castillon, alors évêque d’Agen (1149-1182) que les Templiers s’établir dans cette ville, à la suite du concile de Troyes (1129).
  • Labénazie émet une première hypothèse sur cette implantation :

    " On ne sait au vray, le lieu de leur premier établissement. Il y en a qui croient que ce fut dans le fort de la ville, près de la tour de M. Despalais, dans la maison de M. Barbier de la Serre, pour deux raisons : la première est de ce qu’elle est bâtie d’une façon assez particulière, les murailles qui aboutissent à la rue qui porte le nom de rue du Temple sont bastie en arceaux qui sont en forme d’arcs-boutans ; la seconde raison est qu’il y a dans la maison une espèce de chapelle voûtée avec beaucoup d’anneaux de fer suspendus à la voûte, comme pour y attacher des lustres ou des lampes. De ce temps, on disait vespres le soir, vers le commencement de la nuit. Cette voûte tient presque toute la longueur de la maison. Ils y furent établis vers l’an 1154 "

  • Philippe Lauzun donne une seconde hypothèse qui situe l’ancienne résidence des chevaliers du Temple dans l’enclos de Sainte-Quitterie situé près de la porte du même nom. Agen : clocher des Pénitents Blancs

Le membre de Sainte-Quitterie

  • Les Maîtres de l’Ordre délaissèrent leur résidence d’Agen pour aller habiter au Temple de Brulhes.
  • A côté de l’église s’élevait une tour fort importante qui pouvait être considérée comme un vestige de la maison du Temple à Agen.
  • Malheureusement, cette tour fut détruite au XVIIIe siècle.

Présence des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem

  • A la suppression du Temple, les Hospitaliers déjà installés dans le toulousain, prennent pied dans l’Agenais en héritant des biens des Templiers et notamment de l’église Sainte-Quitterie et de ses dépendances.
  • Un plan dressé par les chevaliers de Malte nous renseigne un peu plus sur la localisation de cet enclos compris entre la rue du Temple au Nord, la rue Saint Martial à l’Est et la rue de Narbonne au Sud.

Agen : plan du quartier de Sainte-Quitterie réalisé par P. LAUZUN

  • Durant les quatre siècles que la commanderie de Sainte-Quitterie appartint aux chevaliers de Malte, elle n’eut qu’un rôle modeste dans l’essor de la ville d’Agen.
  • Elle fut occupée par des frères servants qui entretenaient l’église.
  • 1508 : La commanderie du Temple "de Brulhes et d’Agen" est réunie à celle de la Cavalerie, et les commandeurs de ces deux possessions sont, de fait, ceux de la Cavalerie.
  • Dès 1650, la commanderie du Temple fut rétablie telle qu’elle était au début et on lui adjoint même la commanderie de Sauvagnas comme nouveau membre. Agen

L’église Sainte-Quitterie

  • Laissée à l’abandon, la vieille église de Sainte-Quitterie d’Agen menace ruine.
  • 1601 : Les Pénitents d’Agen, qui n’avaient pas de chapelle, s’installent dans la vieille demeure des Templiers, à charge pour eux de s’occuper des restaurations de l’édifice.
  • 1633 : Les Pénitents abandonnent les lieux, trouvant sans doute les charges trop lourdes.
  • Une fois de plus, Sainte-Quitterie est abandonnée et cela durera plus d’un siècle.
  • 1746 : Monseigneur de Chabannes obtient du roi l’autorisation de fonder une maison refuge pour les " filles de mauvaise vie ". Après de vaines recherches, il se tourne vers l’église en ruines de Sainte-Quitterie et en demande la cession à Fançois de Pallavicini, alors commandeur du Temple de Brulhes.
  • 3 juillet 1755 : Un état des lieux est dressé.

Le membre de Sainte-Quitterie consiste en une chapelle dédiée à cette sainte, à côté de laquelle se trouve un cloître avec au milieu un petit jardin. Une tour carrée jouxte la chapelle.

  • 17 juillet 1755 : Un bail est consenti en la faveur de l’évêque d’Agen afin d’y établir son refuge. L’église et le cloître seront détruits pour laisser place à de nouvelles constructions : maison, prison, etc. Agen

Les précepteurs du Temple

Agen : clocher de l'ancienne église Saint-Hilaire

  • 11— : Fors Sans de Vidalhac
  • 1155 - 1158 : Augier de Bédeissan
  • 1159 - 1165 : Hélie de Focald
  • 1161 - .... : Jourdain de la Contraria
  • 1165 - 1170 : Pierre de Strugues
  • 1170 - 1175 : Jourdain de Corbarrieu
  • 1176 - 1180 : Gaston de Castelmauron
  • 1230 - 1236 : Forlamer de Séados
  • 1236 - 1243 : Arnauld-Raymond de la Mothe
  • 1245 - 1262 : Guillaume-Bernard d’Aspet
  • 1256 - ... : Pierre Boyer
  • 1263 - 1275 : Arnaud d’Auron
  • 1276 - 1285 : Pierre de Sombrun
  • 1281 - .... : Raymond de Cantamerle
  • 1286 - 1290 : Cenebrun de Pins
  • 1288 - 1295 : Bertrand de la Selve
  • 1298 - 1300 : Guillaume de Bernard
  • 1305 - 1306 : Ratier de Lemozin

Les commandeurs de Saint-Jean-de-Jérusalem

  • 1312 - 1319 : Bernard d’Arles
  • 1324 - 1325 : Hugues de Lemosi
  • 1346 - 1347 : Raymond de Labaut
  • 1348 - 1349 : Bernard de Lautrec
  • 1358 - 1372 : Bernard del Thor
  • 1372 - 1393 : Raymond de Belpech Agen : tour dite "des Templiers"
  • 1462 - 1473 : Bernard de Vellac
  • 1475 - 1496 : Bernard de Gros
  • 1498 - 1506 : Tannequin de Bussel
  • De 1508 à 1650 : Le Temple de Brulhes est réuni à la Cavalerie
  • 1509 - 1517 : Bertrand d’Esparbès de Lussan
  • 1519 - 1520 : Bernard de Montlezun
  • 1521 - 1532 : Robert de Pagèze d’Asas
  • 1537 - 1544 : Pons d’Urre
  • 1545 - 1555 : Pierre de Beaulac-Tresbons
  • 1557 - 1560 : Charles d’Urre
  • 1563 - 1564 : Jean de la Valette Parizot
  • De 1595 à 1620 : La Cavalerie fait partie de la Chambre Prieurale
  • 1620 : Rétablissement de la commanderie
  • 1620 - 1635 : Denys de Polastron la Hillière
  • 1650 : Rétablissement de la commanderie du Temple de Brulhes
  • 1650 - 1669 : François d’Esparbès de Lussan
  • 1675 - 1681 : Pierre du Pont de Gau
  • 1688 - 1689 : Conrad de Raymond Pomeyrol
  • 1693 - 1705 : Jean de Guérin-Castelet
  • 1719 - 1720 : Louis Joseph du Gasc
  • 1723 - 1731 : Octave de Galléan
  • 1737 - 1738 : Charles de Vignes-Parizot
  • 1753 - 1756 : François de Pallavicini
  • 1765 - 1766 : François de Glandevès-Castellar
  • 1780 - 1788 : Bernard de Polastron-la-Hillière Agen : plan napoléonien (1809)

Sources de référence

  • DUBERNARD (J.) : Album du vieil Agen. Editions CTR (1983)
  • LAUZUN (P.) : Les couvents de la ville d’Agen avant 1789, chapitre II : Les Templiers, les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. Revue de l’Agenais et des Anciennes Provinces du Sud-Ouest. Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts d’Agen (31 janvier & 28 février 1886).
  • SARTER (M.) : Archiviste de la ville d’Agen.
  • LEONARD (E.-G.) : Introduction au cartulaire manuscrit du Temple (1150-1317) constitué par le marquis d’Albon (1930).
  • Archives Départementales du Lot-et-Garonne pour l’extrait du plan napoléonien de 1809.
Votre panier contient produit(s)

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Email : contact@insolite-asso.fr | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0