L’implantation du Temple

Retour en haut

Le Temple de Paris

“A peine sept ou huit ans s’étaient écoulés depuis la confirmation de l’Ordre, qu’on le vit s’étendre prodigieusement... Les donations qu’on leur fit n’étaient pas de terrains incultes ou à défricher, comme ceux que recevaient les disciples de Saint Norbert et de Saint Bernard, c’étaient des châteaux, des fiefs, des forts, des bourgades avec leurs appartenances” Mansuet Laumusse (Ain) : plan de la commanderie

  • Néanmoins, le Temple va défricher landes et gastines, drainer biefs et marais, revaloriser terres et domaines à partir de connaissances et de techniques nouvelles.
  • L’implantation des maisons, subordonnée aux donations, a pour but de créer des unités de production. Celles-ci sont capables de faire vivre les Frères qui les gouvernent mais surtout, elles fournissent un surplus financier destiné à alimenter et soutenir l’action en Terre Sainte.
  • L’élevage tient une place importante et les Templiers sont soucieux d’acquérir des pâturages. Ainsi, il ressort deux phénomènes :
    — la constitution progressive autour du centre-même de la préceptorie d’un espace pastoral de vaste rayon, à la mesure d’un important élevage extensif,
    — l’acquisition d’une aire de transhumance à court rayon pour l’estivage ou l’hivernage.

Commanderie d'Arville (Loir-et-Cher)

  • L’ordre du Temple s’établit d’une part dans toute la chrétienté et d’autre part sur les fronts de combats avec les Musulmans et Maures.
  • Certains auteurs annoncent un chiffre exagéré de 9000 commanderies en Occident. En fait, sur le territoire de l’actuelle France, environ 600 véritables commanderies ont vu le jour.

La Province

Règle du Temple (BNF)

  • L’organisation administrative s’établit sous forme de Provinces. Les divisions territoriales ignorent les frontières des États, surtout en France.
  • La Règle signale quelques-unes de ces Provinces. Selon les auteurs sont dénombrées :

En Orient

- Cité de Jérusalem
- Royaume de Jérusalem
- Comté de Tripoli
- Principauté d’Antioche

Tripoli (Syrie) : caserne des Templiers

En péninsule ibérique

- Portugal
- Aragon
- Royaume de Castille
- Royaume de Valence

Ponferrada (Espagne)

En Europe

- Angleterre
- Allemagne
- Pouilles
- Hongrie

Balsall (Angleterre) : église des Templiers

En France

- Paris.
- Bourgogne
- Poitou-Aquitaine
- Auvergne
- Provence-Languedoc

Commanderie de Villemoison (Nièvre) - Dessin de M. Restrat

  • La Province est sous l’autorité du Magister (l’expression "Grand Maître" n’est jamais utilisée dans la Règle, ni dans les "Retraits". On ne commence à trouver ce terme qu’à partir du XIVe siècle) ou Preceptor.
  • La province n’est pas indépendante. Le système collégial de l’Ordre du Temple est le seul principe de gouvernement. Chaque précepteur gère sa maison, mais il doit en rendre compte. Sa juridiction se partage entre :
    - les maisons de rapport : préceptories, granges situées en Europe et en France,
    - les maisons de combat : châteaux, forteresse pour l’Orient et la Péninsule Ibérique.

Baillie de Bure (Côte-d'Or)

La Baillie

  • Chaque Province est découpée en Baillies (baillia), soit selon la géographie régionale, soit en fonction de l’opportunité militaire ou routière.
  • La Baillie porte le nom de la préceptorie principale, car elle regroupe des préceptories ou maisons à vocation rurale ou urbaine.
  • L’appellation de commanderie ne viendra pour les établissements du Temple que lors de leur rattachement à l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, en 1312.

Commanderie de Mont-Hussard (Aisne)

La préceptorie rurale

  • La préceptorie (preceptorum domorum milicie Templi) ou Maison (domus Templi) est un centre habité par une petite communauté qui réunit les trois fonctions essentielles de : maison conventuelle, poste fortifié, domaine d’exploitation agraire.
  • C’est généralement une grande ferme, pas forcément fortifiée, mais le plus souvent entourée d’un mur ou d’une haie.
  • L’ensemble est édifié et aménagé en fonction du relief qui peut offrir une protection naturelle contre les pillards ; il est étroitement surveillé avec des tours aux angles.
  • La ferme est bordée de douves et flanquée d’un étang poissonneux ; elle se compose de :
    - une habitation principale, résidence du commandeur,
    - une salle du chapitre,
    - un logis pour les frères (réfectoire et dortoir),
    - une chapelle et un cimetière,
    - un hôpital ou hospice pour les pèlerins,
    - les logements des artisans et paysans.

Ferme du Mont-de-Soissons (Aisne) - Plan Grandin de 1777

  • Le rôle de la ferme est celui d’une entreprise agricole.
  • Elle récolte son blé, son foin, produit son vin, son bois, sa viande et son poisson.
  • Elle vend les excédents sur les marchés par l’intermédiaire des préceptories citadines.

Grange des Perrières (Calvados)

  • De la préceptorie rurale, dépendent les membres dont elle perçoit un revenu. C’est principalement la grange dîmière (grangie) exploitée par des métayers ou serfs affranchis par les Templiers, mais toujours dirigée par un frère de l’Ordre. Cette grange perçoit également des droits sur les foires et l’impôt des donats.

La préceptorie urbaine

Caudebec-en-Caux (Calvados)

  • C’est bien souvent une place forte ou une cité templière (La Couvertoirade, Richerenches, Sainte-Eulalie de Cernon) qui sert d’entrepôt économique et bancaire pour la ville.
  • Les Templiers sont propriétaires de maisons, moulins et boutiques.
  • La location de ces immeubles leur assure un revenu substantiel et régulier.
  • La préceptorie perçoit aussi des droits sur les foires.

Sainte-Eulalie-de-Cernon (Aveyron)

Les châteaux du Temple

  • L’implantation des châteaux et forteresses s’effectue sur toutes les frontières, formant ainsi une barrière de défense.
  • Dans le royaume d’Aragon, l’îlot de Lérida groupe les grandes forteresses autour de Gardeny.

Tomar (Portugal)

  • Vers le sud, les Templiers se sont installés aux points stratégiques défendant tant les terres que les côtes de la méditerranée, comme Tartosa, Cervera.

Toklé (Syrie) : tour des Templiers

  • En Orient et partout où la défense de la chrétienté l’exige, les châteaux, fortins et redoutables citadelles, sont construits sur des promontoires rocheux qui dominent et contrôlent les routes alentours.
  • En Orient, les Templiers sont implantés notamment à :
    - ACRE, Akho
    - CHASTEL BLANC, Safita
    - CHATEAU PELERIN, Athlit
    - BEAUFORT, Galaat Ech Chagif
    - GASTON, Baghras
    - LA FEVE, El Foulé
    - LA ROCHE DE ROISSEL, Kala Ruissol
    - LA ROCHE GUILLAUME, Hadjar Choglan
    - CHATEAU ROUGE, Galaat Yahmoun
    - TORTOSE, Tartous
    - LE CHASTELET, SAPHET, TRAPESACK, GASTEIN, PORT DE BONELLE, etc.
  • Aux revenus des domaines et aux dons s’ajoutent les tributs imposés aux musulmans.
  • Mais le Temple ne dispose pas en Orient de sommes faramineuses. Pour prêter, les Templiers doivent transférer des fonds par "portage" de monnaie sur des navires de l’Ordre, par la Méditerranée. Parfois, ils empruntent aux autres banquiers (italiens,...).

La Villeneuve-du-Temple

Sceau du Temple de Paris (1290)

  • Vers 1170, l’enclos du Temple (la coultoure du Temple) est édifié hors Paris sur des terrains marécageux que Louis VII donne aux Templiers.
  • Les bâtiments forment un vaste quadrilatère irrégulier d’une surface de 61000 m².
  • Le mur d’enceinte crénelé de 8 à 10 mètres de haut, à contrefort et avec parapet, qui entoure la commanderie est flanqué de 12 tourelles ou échauguettes.

L'enclos du Temple de Paris

  • La Villeneuve-du-Temple est une véritable ville comprenant :

1) La Tour César, 2) L’église dédiée à Sainte-Marie, 3) La chapelle, 4) La Tour du Temple, 5) Les bâtiments conventuels.

Paris : la tour du Temple (Musée Carnavalet)

  • A cela s’ajoutent de nombreux bâtiments : maisons, échoppes, salles et jardins, vergers, vignobles, terres cultivées.
  • C’est un domaine qui comprend aussi : le charnier, la geôle, les cuisines, l’abreuvoir. Au premier plan de la gravure sont : les écuries, la prison et une porte d’entrée fortifiée avec pont-levis.
  • Le Temple de Paris est le centre des opérations financières pour toute l’Europe Occidentale.
  • Le Maître du Temple réside en cette forteresse qui héberge régulièrement les pèlerins en partance pour Saint-Jacques de Compostelle et la Terre Sainte.

Sources de référence

  • DAILLIEZ (Laurent) : Les Templiers ces inconnus. Librairie Académique Perrin (1972).
  • OLLIVIER (Albert) : Les Templiers. Editions du Seuil, collection "le temps qui court" (1958).
  • MELVILLE (Marion) : La vie des Templiers. Gallimard (1978).
  • PERNOUD (Régine) : Les Templiers, chevaliers du Christ. ’’Découvertes’’ Gallimard.
Votre panier contient produit(s)

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Email : contact@insolite-asso.fr | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0